Installation Thierry Malandain à l'Académie des beaux-arts


Mercredi 6 avril, a eu lieu l’installation de Thierry Malandain sous la coupole de l’Institut de France. Il y occupera le fauteuil numéro 1 de la nouvelle section de chorégraphie de l’Académie des beaux-arts dont la création à l’initiative de son Secrétaire perpétuel, Laurent Petitgirard, marque une page importante, puisque l'héritière des Académies royales du Grand Siècle reconnait ainsi la Danse comme un « des arts majeurs et immémorial ».

​Pour Thierry Malandain, considéré comme l’un des héritiers contemporains du Ballet académique français, il s’agit de la consécration d’une carrière de plus de trente-cinq ans, dévouée à la création, la transmission et la diffusion d’un art en quête de beauté et surtout d’humanité. 


À l’instar de ses ballets, pour son « épée » et son habit d’académicien, Thierry Malandain a cherché à donner du sens et à rester fidèle à ses valeurs.  Son épée est un bâton qui, pour lui, rappelle aussi bien celui du pèlerin que celui de commandement dont les maîtres de ballet se servaient pour marteler la mesure sur le plancher. Créé par Origine Ateliers, artisans joaillers biarrots de grands talents, il est fabriqué dans le bois pour makila, le bâton des bergers basques.

Pour son habit, très vert, Thierry Malandain a choisi l’Atelier Renaissance, association à but non lucratif dirigée par Philippe Guilet, tailleur apiéceur, dont le but, environnemental et social autant que créatif, est de réutiliser des vêtements haute-couture, pour en créer de nouveaux par un travail d’atelier du même niveau de qualité. 

< News

Partager / Share / Compartir